Des talents pour une croissance durable : Un regard vers l'avenir pour conclure

Avant de conclure notre série d’articles sur les grands défis RH auxquels font face les PME, nous avons souhaité jeter un regard vers un thème qui relève de moins en moins de la science-fiction : celui de l’intelligence artificielle.

 

L’enjeu en quelques mots :

Chacun y va de sa prédiction : menace pour les uns, opportunité pour les autres, les spectaculaires développements réalisés dans le domaine de l’automatisation de manière générale et de l’intelligence artificielle (I.A.) en particulier sont le grand thème du moment. En mars 2018, l’OCDE estimait que, en moyenne dans les pays membres de l’organisation (dont le Canada), près d’un emploi sur deux pourrait être « sensiblement affecté par l’automatisation compte tenu des tâches qu’il comporte » – 14% des emplois étant même menacés dans leur existence. D’autres études avancent des chiffres très différents… Certains analystes et futurologues prédisent déjà la « fin du travail », d’autres croient à une nouvelle révolution industrielle, qui transformera la nature des tâches effectuées par l’Homme, ou la façon dont s’organise le travail.

Difficile de s’y retrouver, au milieu de tant d’opinions contradictoires… Pourtant, plonger la tête dans le sable n’est pas une option recommandable. Dès lors, comment ne pas se laisser paralyser par l’ampleur de l’enjeu et par l’incertitude qui l’accompagne quant à la vitesse et à la nature des transformations à venir? Comment comprendre et anticiper l’impact de l’I.A. sur votre PME?

 

Pistes de solution :

La première étape est d’identifier comment les développements de l’I.A. sont susceptibles de faire évoluer le secteur d’activités de votre entreprise – pas seulement les opérations de cette dernière, mais l’ensemble de sa chaîne de valeur. Que va changer l’I.A. pour vos clients? Pour vos fournisseurs ou partenaires? De nouveaux concurrents risquent-ils d’arriver sur votre marché avec une approche de service différente, exploitant les nouvelles technologies? Dans ce que fait votre entreprise aujourd’hui, quels sont les processus ou les tâches qui ont le plus de chances d’être automatisés?

Bien sûr, répondre à ces questions implique de comprendre les applications pratiques réalistes de l’I.A. (et de l’automatisation de manière plus générale) dans votre domaine, ce qui peut requérir que vous vous documentiez de façon approfondie ou fassiez appel à des experts ; mais si vous savez au moins quelles questions précises vous poser, la recherche d’informations n’en sera que plus aisée. 

Quelques critères peuvent également orienter la réflexion sur la probabilité qu’une activité soit affectée par l’I.A. ou l’automatisation, par exemple :

  • la complexité technique et physique des tâches ou des processus,

  • leur complexité humaine, 

  • la disponibilité de données en quantité et qualité suffisantes (pas d’I.A. sans données fiables!),

  • ou encore l’impact éventuel d’une automatisation sur l’expérience client (concept de l’acceptabilité sociale).

Cette analyse peut ainsi déboucher sur l’élaboration d’un ou plusieurs scénarios réalistes d’automatisation des activités de l’entreprise. Il est alors plus aisé d’identifier les impacts concrets de ces scénarios, notamment :

  • les impacts techniques – par exemple, les efforts de R&D nécessaires pour intégrer les nouvelles technologies et rester compétitif ;

  • les impacts financiers, sur les coûts et les revenus de l’entreprise, sur les investissements requis, etc. 

  • et, bien sûr, les impacts humains : quelles conséquences aura l’automatisation de certaines tâches pour les tâches effectuées par les employés? Pour le volume des effectifs? Quels seront les besoins en termes de développement des compétences pour accompagner les travailleurs à travers ces changements et assurer autant que possible le maintien de leur employabilité? Quelles révisions devront être effectuées aux processus et aux outils RH (qui sont eux-mêmes susceptibles d’être en partie automatisés)?

Comme dans tout changement majeur, les dirigeants, ainsi que la fonction RH dans les PME qui en sont pourvues, ont un rôle stratégique à jouer pour anticiper ces évolutions et préparer l’entreprise à les aborder positivement. Qu’il s’agisse justement d’assurer la gestion du changement, d’outiller les gestionnaires, de sensibiliser les employés, de développer leur polyvalence et leur agilité, ou simplement de démystifier le sujet et de rassurer, l’objectif est de créer les conditions pour que l’entreprise et ses parties prenantes tirent réellement profit des évolutions technologiques, plutôt que de les subir. 

 

Pour conclure :

Ici se termine notre série d’articles. Nous espérons que vous avez eu plaisir à la suivre, et qu’elle vous a fourni d’utiles pistes de réflexion.

Pour notre part, plus nous y pensons, plus nous en sommes convaincus : pour les PME, la vertu est souvent dans la simplicité. (Notre collègue Normand Aubry, directeur à Boreala Management, développe d’ailleurs ce sujet dans un article que vous pouvez retrouver ici 1ère partie & 2ème partie. )

Ce n’est pas parce qu’un défi est complexe que sa solution doit l’être aussi. La tentation peut exister de développer des pratiques sophistiquées, qui permettent de cocher des cases sur une liste de « choses RH » à avoir et qui flattent l’expertise des professionnels RH, mais qui risquent d’échouer à répondre aux défis réels ou de créer une lourdeur contre-productive pour l’organisation. Au contraire, il convient de définir des approches concrètes, ancrées dans la réalité de l’entreprise, et compatibles avec ses moyens financiers et humains. Voici l’opportunité pour les PME d’inventer leur propre chemin vers le succès, et, pour la fonction RH, de positionner son expertise de façon réellement stratégique dans l’entreprise.

Quoi que vous en pensiez, nous serons toujours heureux de poursuivre l’échange avec vous!

 

#défisrh #rhpme #pme #rh #ai #ia #intelligenceartificielle #automatisation #talents 

#

Julien Deslangle

Conseiller

BOREALA MANAGEMENT INC.

TOUS DROITS RÉSERVÉS.